Le rat

mars 27, 2008

Y’en à marre

Filed under: Émissions jeunesses — lerat @ 8:42

Goodsmoke

Dolly décide de se rendre à un festival de rock avec sa copine et un ami. L’alcool et la drogue la dégêneront jusqu’à en faire une star (du ridicule).

partie 1

partie 2

Fais comme chez toi

Dolly rencontre une jeune fille qui se retrouve à la rue parce que sa colocataire l’a mise à la porte. Celle-ci la prend en pitié et lui offre un toit où coucher. La vraie nature de cette jeune fille innocente se dévoilera assez rapidement…

partie 1

partie 2

Quand on n’a que l’amour

Dolly est invitée à un mariage, mais elle n’a aucun mec avec qui y aller. Par un heureux hasard, elle tombe en amour avec un grand roux. Dolly essayera tout de sorte de méthodes pour le charmer.

partie 1

partie 2

Je t’aime moi non plus

partie 1

partie 2

Publicités

mars 26, 2008

Bande-annonce : Le couperet

Filed under: cinéma — lerat @ 5:26

 

ax-le-couperet-4.jpg

            Le couperet, c’est le monde du travail de notre société résumé en un seul homme : Bruno Davert, cadre spécialisé dans la papeterie et père de famille. Les restructurations de son entreprise l’ont propulsé au chômage. Sa grande spécialisation dans le domaine de la papetrie réduisent énormément les possibilités d’emploi. La compétition est forte, voire insuportable pour Bruno Davert. Il n’a pas trouvé d’emploi depuis plus de deux années.

Dans un monde où le travail occupe une place centrale, l’identité de Bruno s’efface. Sa vie perd son sens. Il doit revivre, redevenir quelqu’un pour sa famille. Cette harmonie, si bien intégrée à nos styles de vie, est très bien imagée dans une scène du film dans laquelle Bruno passe une entrevue. Pendant cette entrevue, il plie une feuille de papier et la place en-dessous de sa chaise pour l’équilibrer. Sans ce papier (son travail), sa vie reste chambranlante.

Pour augmenter ses chances de se trouver un emploi dans son domaine ultra-spécialisé, une idée lui vient en tête : tuer ses compétiteurs.

Voilà la bande-annonce du film Le couperet.

jpg_couperet.jpg

Réalisation : Costa-Gavras
Pays : France/Belgique/Espagne
Année : 2004
Durée : 123 min
Interprétation : José Garcia, Karin Viard

mars 24, 2008

Ladytron – seventeen

Filed under: Musique — lerat @ 3:54

They only want you when you’re seventeen / When you’re twenty-one /You’re no fun.

Ces paroles tournent en boucle pendant deux minutes. La voix de la chanteuse, mélangée à la musique électroladytron.jpgnique, berce.

J’ai réfléchi à la signification de ces paroles, qui sont, à mon avis, assez froides et ténébreuses, mais réalistes. Dans le clip musical ci-dessous, plusieurs filles en uniformes dansent dans une pièce. Une à la fois, elles se font sortir de là : métaphore avec la réalité où les jeunes femmes sont convoitées par les hommes. Leur physique charme. Il est valorisé par les médias, par le cinéma, par la mode, par la pornographie. Leur faible maturité est exploitable. Plus souvent, ces jeunes femmes recherchent la gloire à tout prix, envahies par des modèles féminins telles que des stars de la pop ou du cinéma.

C’est ce que They take a polaroid and let you go / Say they’ll let you know signifie. Les jeunes femmes se font exploiter. Je tombe dans le dramatique, allons danser, maintenant !

Ni connaisseur, ni fan de Ladytron, la profondeur de cette chanson me pousse à mieux les connaître.

Paroles :

They only want you when you’re seventeen

When you’re twenty-one
You’re no fun
They take a polaroid and let you go
Say they’ll let you know
So come on

(*repeat 7 times*)

We only want you when you’re seventeen
When you’re twenty-one
You’re no fun

Vidéo bonus : un show live du groupe Soulwax jouant un « remix » de cette chanson. Dommage que la qualité de son ne soit pas terrible. J’ai découvert cette chanson grâce à ce « remix », qui est, selon moi, bien meilleur que l’original !

mars 23, 2008

Chinese Gold Farmers Preview

Les « Chinese Gold farmers » sont connus dans le monde entier dans les jeux massivement multijoueurs tel que World of Warcraft. Habituellement, ces individus sont très silencieux (car habituellement n’ayant qu’un anglais fonctionnel) dans le monde virtuel. Ils peuvent passer une journée entière à tuer la même créature seulement pour obtenir des objets virtuellement rares à des fins financières. C’est leur gagne-pain.  Beaucoup de joueurs occidentaux les détestent, car ils ont l’impression qu’ils nuisent à la qualité du jeu.

Ge Jin aka Jingle, présentement candidat pour le Pd.D. au département de communication de l’Université de Californie-San Diego, a réalisé un documentaire allant au-delà des frontières virtuelles : il se rend directement dans des ateliers de jeux (Gaming workshops), lieux de travail des « Chinese Gold Farmers ». Nous y apprenons leur style de vie, ce que leur apporte leur travail et les raisons qui les poussent à continuer dans cette nouvelle branche de l’économie des services.

Je vous conseille le troisième aperçu pour la très belle entrevue avec un « Chinese Gold Farmer »

Aperçu 1

Aperçu 2

Aperçu 3

Site officiel de l’auteur :

www.chinesegoldfarmers.com

mars 17, 2008

Justice au CEPSUM de l’Université de Montréal le 16 mars 2008

img_0116.jpg

En marchant dans Montréal, j’ai trouvé un nouveau testament. Le soir même, j’allais voir Justice. Faut-il croire aux signes ?

.

L’immense croix que Justice trimbale d’un show à l’autre porte à confusion. Est-ce un groupe chrétien ? Beaucoup se posent la question. Ce questionnement ne m’a pas épargné.

.

Les deux membres du groupe, Gaspard Augé et Xavier de Rosnay, nous ont béni, en lançant de l’eau sur la foule, avant de se réfugier derrière leur immense croix électronique. Le froid était encore perceptible, malgré le réchauffement de la salle grâce au DJ Busy P (drôle de DJ habillé « à la québécoise » (chemise à carreaux)), comique et trash à la fois, détruisant ses écouteurs à grands coups au sol à la manière des rock stars. Malgré tout, nous avions nos manteaux parce que les vestiaires étaient pleins.

.
.
Cette croix est le symbole le plus pur de notre croyance en la technologie. Malgré l’individualisation que la technologie creuse entre l’humain et les regroupements volontaires, Justice réussi à rassembler, sous une musique totalement conçue par la technologie, sous un système d’éclairage éblouissant – la fin du tunnel – une masse de croyants prêts à prier au nom de la technologie. La technologie y était réciproque : Justice avec leur musique (malheureusement d’une qualité médiocre, le CEPSUM ne pouvant faire mieux…) les croyants avec leurs cellulaires, leurs appareils numériques : lampions de la nouvelle église de la technologie.
.
Pendant tout le spectacle, les gens n’ont arrêté de former des croix avec leurs bras ou tentaient d’atteindre l’avant de la scène en les poussant le plus loin possible. J’ai senti la musique m’envahir, j’en ai presque joui intellectuellement, j’ai levé mes bras aussi.
.
Ce qui émanait de cette grande messe de la technologie était tout sauf froide, redondante, loin d’être une pâle copie de leur premier album. Ce qui émanait de la grande croix lumineuse, c’était la passion, la créativité et le dynamisme de l’humain. Ce qui a été créé hier ne peut se vivre qu’une seule fois, aucun enregistrement ne pourrait rendre justice à la sensation que les sens de milliers de gens ont pu éprouver ce soir là. Vouloir copier la communion de la nature humaine et de l’avancement technologie est futile.
.
« We are your friends, you’ll never be alone again, COME ONE, COME ONE, COME ON !! », paroles du « hit » de Simian, repris par Justice l’été dernier a fait levé la salle à de nombreuses reprises. Ces deux phrases, ils en ont même abusées, mais au grand bonheur de tous, se laissant entraîner dans un tourbillon de délectation.

.

Voilà un extrait du spectacle de Justice ayant eu lieu au CEPSUM le 16 mars 2008

.

.

We are you friends, you’ll never be alone again : est-ce que vous êtes capables de vous séparer complètement de votre ordinateur, de votre cellulaire, de votre MSN, de votre Facebook, de vos blogs, etc. ? Non, vous ne serez plus jamais seuls. Tel est le message central de ce spectacle.
.
Justice vs. Simian – We Are Your Friends
.
Le plus gros succès de Justice : D.A.N.C.E.
.
.
Merci à mon ami Étienne pour la photo. Encouragez Justice, consommez leur premier album : Cross.
Si vous avez une vidéo du spectacle, d’autres photos ou des commentaires, écrivez-moi : greyrat@gmail.com

juin 21, 2007

Asterix – Le pudding à l’arsenic

Filed under: Émissions jeunesses — lerat @ 11:37

juin 20, 2007

Astérix & Cléopâtre – Les Egyptiens parlaient comme ça

Filed under: Émissions jeunesses — lerat @ 9:10

Voici lintroduction du film Astérix et Cléopâtre, de 1968, créé par René Goscinny, Albert Uderzo et Lee Payant.

C’est vieux, mais ça n’a pas vieilli et l’humour est au rendez-vous !

Les nouvelles aventures de Lucky Luke – introduction

Filed under: Émissions jeunesses — lerat @ 8:57

Je ne connaissais pas cette nouvelle version de Lucky Luke. Il semble être plus « cool » et plus aggressif, comme presque tous les nouveaux dessins animés d’aujourd’hui…

juin 19, 2007

Lucky Luke – Introduction en français

Filed under: Émissions jeunesses — lerat @ 8:45

Lucky Luke le cowboy qui tire plus vite que son ombre… me manque 🙂

la linea 1976

Filed under: Émissions jeunesses — lerat @ 8:34

Peut-être avez-vous déjà vu ces petites capsules à la télévision où un personnage, complètement dessiné à l’aide d’une seule ligne, se confondait avec le décor et interragissait avec ce dernier…

Son dessinateur est l’Italien Osvaldo Cavandol. Il fut très populaire dans els années 70 et 80 pour cette séries d’animation qui comporte des dizaines, peut-être même des centaines de capsules de ce genre.

Chaque capsule nous transporte dans un monde nouveau où l’animateur s’amuse à modifier l’environnement du personnage, le faisant passer d’une émotion à l’autre.

Cette capsule date de 1976 :

« Page précédentePage suivante »

Propulsé par WordPress.com.